Témoignage mal-être psychologique (je suis enfin libre)

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



Témoignage de guérison de son mal-être psychologique

Témoignage de guérison de son mal-être psychologique

Ma technique de respiration est née d’une dépression profonde que j’ai traversée adolescent. C’est le point de départ où tout a commencé. Non seulement la souffrance psychologique, mais en parallèle la quête du bonheur !

Le Bouddha lui-même le disait : Plus votre souffrance est intense, plus forte sera votre aspiration pour la libération.

C’est effectivement le cas. Autant cette dépression majeure a provoqué une intense douleur psychique, autant elle a créé une puissante aspiration pour la libération des souffrances physiques et psychiques, dit autrement, pour la santé et le bonheur.

Récit d’une dépression d’adolescent guérie

Le commencement

Comme je vous le disais, tout a commencé au début de l’adolescent, mais en vérité, la chute se préparait déjà depuis l’enfance. Les causes sont nombreuses et multi-factorielles comme le dirait un scientifique…

Milieu familial anormal, perte subite de plusieurs êtres chers, alimentation industrielle, utilisation d’antibiotiques qui détruisent la flore intestinale (impliquée dans la production d’hormones du bonheur), bref de bien nombreux déclencheurs (surtout émotionnels) qui viendront à bout de la stabilité psychique du jeune adolescent que j’ai été.

C’est ce qui m’est arrivé.

Le traitement par les produits, inconvénients et rupture

Rapidement, j’ai été soigné par des médicaments anti-dépresseurs afin de stabiliser mon état psychique. Ce fut le cas effectivement, mais rapidement, j’expérimentais le revers de la médaille : une vie vécue et ressentie en superficie.

Autant je ne ressentais plus les émotions douloureuses, les peurs et angoisses, autant, je n’expérimentais plus la joie et le bonheur de chaque moment de votre vie. J’étais clairement en surface de la vie, je ne la ressentais plus rien en profondeur.

Très rapidement, je décidais d’arrêter le traitement par moi-même.

Vu le peu de considération du psychiatre pour mon état (la séance durait 10 minutes à peine et se soldait par une ordonnance pour des médocs.), j’ai vite compris qu’il fallait que je trouve une solution de guérison alternative et durable par moi-même.

La thérapie comme alternative

Rapidement, les symptômes éliminés par les médicaments revinrent, mais je continuais à vivre en résistant à cette grande souffrance et ce mal-être intérieur.

J’essayais à l’époque toutes les thérapies possibles et je lisais des livres comme on engloutit du chocolat… Avec un appétit toujours grandissant.

Je vous passerais les détails, mais toutes les méthodes que j’ai essayées ne m’ont apporté qu’un bien-être superficiel. Il manquait quelque chose.

La découverte du yoga

Plusieurs années d’expérimentation plus tard, je découvris le yoga, mais surtout le pouvoir de la respiration. Et ce fut le déclic, je compris que ma guérison passerait par la sublimation de ma respiration.

Le Bouddha disait : Suivez simplement votre respiration, elle vous conduira à la libération de toutes vos souffrances. Cette phrase ne tomba pas dans l’oreille d’un sourd. En plusieurs années, je devins un véritable expert de la respiration.

La découverte du travail de médecins russes sur la respiration

Au passage, je découvris le travail d’une équipe de médecins russes sur la respiration. Ils avaient mis au point un test respiratoire simple pour déterminer notre niveau de santé physique et psychique.

La première fois que je fis le test, mon score était de 9 secondes (la norme était de 40.). Je compris que ma respiration était loin d’être correcte ainsi que ma santé, mais ça, je le savais déjà !

Ainsi, grâce au yoga pranayama, à la méthode Buteyko, mais aussi la respiration taoïste, j’appris à respirer de mieux en mieux, c’est-à-dire de moins en moins. Effectivement, ma dépression était causée par un manque de pression justement.

Il s’agissait plus précisément d’un déséquilibre de la pression en CO2 dans le corps causé par l’hyperventilation ou le fait de respirer trop et trop vite.

Selon le docteur Buteyko, tous mes problèmes de santé physique et mentale étaient simplement la conséquence d’une hyperventilation.

Voici mon humble témoignage d’une dépression chronique guérie (voir mon témoignage de guérison pour l’anxiété, compagne fidèle de la dépression psychologique). Que la force et la pression (positive) soient avec vous et en vous.

Bonne guérison.


Lisez aussi:

Quelles thérapies pour surmonter sa souffrance?

Comment se remettre en question, seul ou dans un couple?